Femmes-de-sport-the-story

Femmes-de-sport-the-story

Marie-José Perec

Marie-Jose Perec.jpg
Marie-José Perec

 

Marie-José Perec

Né le 9 mai 1960 à Basse-Terre (GDP)

France.png Française, Athlète, 1m80

Surnoms: La gazelle, La canne

 

3 titres olympiques, 2 couronnes mondiales et deux sacres continentaux, Marie-José Perec est sans doute la plus grande athlète française de l'histoire. Sa grâce, et sa foulée sont restées dans les mémoires. Dès sa naissance, elle baigne dans un univers sportif puisque son père est joueur de basket. Le sport intéresse peu la jeune Marie-Jo mais son prof d'EPS décèle son potentiel et va la convaincre de se mettre avec assiduité à l'athlétisme. Il l'inscrit à un concours de jeunes athlètes et son destin va s'enchaîner à 100 à l'heure. Deux ans après cette compétition, elle intègre l’institut national du sport et de l’éducation physique (INSEP). Marie-Jose Perec.jpgEn 1991, lors du Championnat du monde d'athlétisme à Tokyo, elle fait face à de sérieuses rivales, dont l'Allemande Grit Beuer. Impressionnante par sa vitesse, Marie-José Pérec établit un nouveau record de France sur cette discipline. C'est la consécration. Elle remporte l’année suivante la médaille d’or aux Jeux olympiques de Barcelone, soit 24 ans après l’ex­ploit de son aînée Colette Besson aux JO de Mexico. En 1994, sa carrière connaît un tournant lorsqu’elle part en Californie avec l’équipe de John Smith, l’ancien champion du 400 mètres devenu entraîneur. C’est tout auréolée de son titre de championne du monde obtenu à Göteborg en 1995 qu’elle affronte les Jeux olympiques d’Atlanta, en endossant le statut de favorite mais aussi celui de porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d’ouverture. 1996 sera l’année Pérec : à 28 ans, elle remporte d’abord le 400 mètres en devançant la Nigériane Falilat Ogunkova et l’Australienne Cathy Freeman avec un temps exceptionnel de 48 secondes et 25 centièmes. Puis, le 29 juillet 1996, elle s’attaque à un second défi, le 200 mètres : au prix d’un effort mémorable dans la dernière ligne droite, elle parvient à vaincre la Jamaïcaine Merlene Ottey et devient la deuxième coureuse à remporter à la fois le 400m et le 200m. Outre le doublé de Marie-José Pérec, on citera lors de ces JO, le titre de Jean Galfione à la perche ou bien encore les sacres de Laura Flessel en escrime et de David Douillet en judo. Malheureusement, Marie-Josée Pérec ne parvient pas à rééditer ses exploits les années suivantes. En 1998, elle est victime du virus d’Ep­stein-Barr, qui provoque des problèmes cardiaques. Cette mala­die l’a empê­chée d’évo­luer sur les pistes jusqu’en 1999. Lors des JO de Sydney en 2000, c'est le coup de théâtre : la veille du premier tour du 400 mètres, la jeune femme décide de mettre fin à sa carrière. Elle déclare se sentir menacée et affirme avoir été victime d'une tentative d'intrusion dans sa chambre d'hôtel. Par la suite et malgré son souhait de retrouver les pistes d’athlétisme, la française n’arrivera pas à revenir au plus haut-niveau. La faute à de trop nombreux pépins physiques. Elle renoncera notamment aux mondiaux 2003 de Paris. En 2004, elle annonce officiellement la fin de sa carrière. Depuis sa retraite sportive, en 2004, Marie-José Pérec partage la vie d'un autre sportif, le skieur acrobatique Sébastien Foucras, ex-champion lui aussi ! Ensemble, ils ont un petit garçon de 5 ans, Nolan. L'ancienne athlète est active au sein de nombreuses associations caritatives, telles que l'ONG "Sports sans frontières". Professionnellement, en 2004, elle a participé aux JO d'Athènes comme consultante pour Canal +. Une expérience peu concluante. En 2008, elle a publié un livre intitulé "Rien ne sert de couri"r, où elle livrait son explication sur ce qui s'était passé à Sydney : sa fuite et l'arrêt de sa carrière. Sa popularité reste intacte : Marie-Josée Pérec est un modèle de sportive de haut niveau qui a porté haut les couleurs de la France aux quatre coins du monde.

 

PALMARÈS


https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 200m et du 400m aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 400m aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 400m des Championnats du Monde de Tokyo en 1991 et de Göteborg en 1995

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 400m et du 4x400m des Championnats d'Europe d'Helsinki en 1994

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 200m des Championnats d'Europe en Salle de la Haye en 1989

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 200m de la Coupe du Monde des Nations de la Havane en 1992

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 400m de la Coupe d'Europe des Nations de Francfort en 1991

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 200m de la Coupe d'Europe des Nations de Madrid en 1996

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 400m de la Finale du Grand Prix de Paris en 1994

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618743_201803101324904.jpg Médaille d'or du 200m des Jeux de la Francophonie de Rabat en 1989

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618744_201803101554145.jpg Médaille d'argent du 4x100m de la Coupe du Monde des Nations de la Havane en 1992

https://static.blog4ever.com/2018/03/842679/artfichier_842679_7618744_201803101554145.jpg Médaille d'argent du 100m, du 200m et du 4x100m de la Coupe d'Europe des Nations de Rome en 1993

Champion de France du 100m en 1991, du 200m en 1992 et 1995, du 400m en 1988 et du 400m haies en 1989

 

DISTINCTIONS PERSONNELLES


Championne des champions français par "L'Équipe" en 1992 et 1996

À reçu le prix de l'athlète féminine par l'ESPN Award en 1997

À reçu le Grand Prix de l'Académie des Sports en 1996

Chevalier de la Legion d'honneur en 1996 puis promue officier en 2013

Intronisé au Hall of Fame de l'IAAF en 2013



08/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres